mercredi 31 juillet 2019

Un p'tit coeur

Quelques soucis m'ont accaparé l'esprit alors que je venais de commencer cette broderie et j'ai eu beaucoup de mal à broder, surtout à cause de mauvaises nuits, liées à ces soucis, qui me mettaient à plat le soir sans aucun courage pour broder... Résultat : 2 mois pour broder ce cœur qui fait partie d'un des deux livres de cœurs brodés d'Isa Vautier.
C'est un cadeau pour une de mes tantes, qui n'a pas internet, donc je peux vous le montrer avant de l'offrir !



Un régal à broder, j'ai bien envie d'en broder un autre prochainement ! 

Valérie

vendredi 26 juillet 2019

Des gens d'importance


1910. Jane Prescott, ni femme de chambre, ni gouvernante, est employée par la famille Benchley pour s'occuper des deux grandes filles Louise et Charlotte, en vue de leur insertion dans la vie mondaine new-yorkaise. La famille Benchley a récemment fait fortune dans l'industrie et peine à s'intégrer auprès des riches familles de la haute société new-yorkaise qui ne voient d'un très bon œil ces nouveaux riches. 
Très vite la jeune Charlotte attise les cœurs par sa beauté et c'est Norrie Newsome, d'une famille fortunée et des plus anciennes de new-york,  qui va devenir son fiancé. Celui-ci était pourtant promis depuis l'enfance à Beatrice Gibbes, également d'une famille fortunée. Si beaucoup trouvent cela scandaleux, les fiançailles seront malgré tout annoncées le soir de Noël.
Mais le soir-même rien de ne passe comme prévu. Norrie fuit Charlotte, s'enivre... et est retrouvé mort dans la bibliothèque !
Rapidement la piste des anarchistes est suivie. Mais pour Jane, la vérité est toute autre, elle est persuadée qu'il y a une autre raison et elle se doit de la trouver. Aidée par Michael Behan, un journaliste, Jane va découvrir des vérités pas toujours bonnes à entendre dans la bonne société.

Mon avis : comme un détective, Jane va mener une enquête qui ne va pas lui laisser de répit. L'univers du début de siècle à New-York est bien décrit, on sent bien le fossé entre la haute-bourgeoisie et ceux qui la servent, et plus encore de ceux aux conditions de travail difficiles dans les usines. Je l'ai lu en 2 fois lors de mon voyage à Toulouse : une moitié à l'aller, une moitié au retour. Je n'ai pas vu le temps passer, signe que c'était passionnant ! 

Des gens d'importance - Mariah Fredericks - Editions 10/18

Valérie

jeudi 25 juillet 2019

Oh Toulououououuuse !!

En début de mois, je suis allée seule à Toulouse en train, pour aller voir mon grand garçon passer sa soutenance à l'école de météorologie. Il m'a épatée pendant sa présentation (même si je n'ai pas tout compris, c'était assez technique) et ce fut un plaisir de le revoir depuis les vacances de Pâques !
Et nous en avons profité pour faire du tourisme dans Toulouse...

Le Capitole et son immense place







A l'intérieur du Capitole, quelques lieux sont visitables gratuitement

 

De magnifiques peintures au plafond



Et sur le mur de la montée d'escaliers


Une salle qui était auparavant la salle des mariages


D'immenses et magnifiques peintures dans une autre salle


J'adore celle-là !


Une très jolie statue, à l'époque les formes avaient de l'importance...


Dans cette salle, actuelle salle des mariages, on se croirait dans la galerie des glaces de Versailles ! 




L'extérieur d'une fenêtre, scuptée


Celle-ci est encore plus jolie





Le donjon du Capitole


La basilique Saint-Servnin (sous toutes ses faces) :







Musée du Vieux Toulouse



Une autre église au loin mais je ne sais pas laquelle !


La cathédrale Saint-Etienne



Notre-Dame de la Dalbade


Il y a un orgue immense à l'intérieur et l'organiste était en train de jouer. C'était impressionnant ! 


En ressortant, une ancienne maison à pans de bois


La Garonne





Dix-huit kilomètres de marche dans Toulouse, je peux vous dire que le soir le sommeil est vite arrivé ! C'était une très jolie balade en tout cas !

Valérie

mardi 9 juillet 2019

Le président a disparu



Jon Duncan, veuf et père de Lily étudiante à Paris, est le président d'une des plus grandes puissances du monde : les Etats-Unis d'Amérique. Le voici confronté à une menace terroriste, dont il ignore la teneur : menace bactériologique, ou bien attentat, ou encore cyber-terrorisme ? Afin de pouvoir comprendre quelle est-elle et comment la combattre, Jon va aller à l'encontre de son statut et refuser la protection du Secret Service, au péril de sa vie.  
Mais outre cette menace qu'il doit combattre, Jon affronte aussi une autre menace, un combat contre la maladie. En luttant contre la première, il pourrait bien perdre la seconde...

Mon avis : collaboration entre le 42e président des Etats-Unis, Bill Clinton, et James Patterson, auteur de thrillers, ce livre, un pavé de 491 pages, ne laisse pas de répit, ni au président des Etats-Unis, ni au lecteur. Et c'est tant mieux ! Nous voilà embarqués dans une course contre le temps, à multiples rebondissements. 
Cette histoire faire réfléchir sur la sécurité mondiale en terme de risques d'attentats bactériologiques (ici la contamination de l'eau) mais aussi sur le cyber-terrorisme, qui pourrait réduire à néant un pays.  
Si le début est long à se mettre en place (tout au moins c'est ainsi que je l'ai ressenti) après tout va très vite et j'ai été époustouflée par la qualité de l'histoire. 
La chose qui m'a gênée, et là on sent bien la "patte" de Bill Clinton, c'est à la fin de l'histoire, la diabolisation de la Russie. 
Par contre, on sent bien le petit clin d’œil à la situation actuelle des Etats-Unis, prônant une lutte contre le réchauffement climatique, une meilleure prise en charge des soins médicaux, des lois plus strictes sur le port d'arme... D'ailleurs, cela me donne l'occasion de vous dire que je n'ai nullement imaginé l'actuel président des Etats-Unis à la place de Jon Duncan 😁, je voyais plutôt un homme entre Kennedy et Obama ! 
Bon pour résumer, si vous aimez les thrillers, ce livre est à lire, le sujet change vraiment des romans policiers ! 

Valérie

LE PRESIDENT A DISPARU - EDITIONS C.J. LATTES

dimanche 7 juillet 2019

Saint-Malo en avril

Avec un peu de retard, quelques photos prises de St-Malo en avril... 
Quel que soit le moment, quelle que soit la saison, c'est toujours une merveille... Je ne me lasse pas, les couleurs, la luminosité, à chaque fois il y a le petit détail qui fait que non, les photos ne sont jamais les mêmes ! 




 





 





 















Je n'y suis pas retournée depuis faute de temps même si ce n'est qu'à 3/4 d'heure de chez moi. Mais... ça ne saurait tarder d'autant que je suis de plus en plus attachée à ces lieux et ils me manquent...

Je rattrape petit à petit mon retard sur mon blog, les vacances ne sont pas encore là mais j'arrive enfin à retrouver du temps pour moi... Ouf !

Bon dimanche !
Valérie