mercredi 15 décembre 2010

Il n'y a pas qu'à Paris...

Il n'y a pas qu'à Paris que les conditions de circulation peuvent être calamiteuses en cas de neige !
La Franche-Comté s'est réveillée mardi matin surprise par la neige, il est tombé sur Besançon 10 cm entre 5h et 8h.
Chez moi  à 7h15 il y avait une petite couche de neige, l'homme de la maison a déblayé la descente pour pouvoir sortir la voiture et déposer Florian à l'arrêt de bus pour le collège. Il neigeait beaucoup, une vraie tempête !
Une heure plus tard j'ai du dégager à nouveau pour sortir ma voiture et emmener le petit dernier à l'école primaire, il y avait largement 5 cm de plus.

Sur les petites routes je suis habituée à la neige d'habitude mais là ça se voyait bien que peu avait été fait, à part un passage de chasse-neige, sauf que le reste de la neige a été tassé par les voitures et avec les - 6°c, ça a gelé dessus, ça glissait ! J'ai failli rebrousser chemin la voiture ayant zig-zagué plusieurs fois, je n'étais pas rassurée... Je n'ai pas roulé plus vite que 40 km à l'heure maxi en ligne droite et route plate, et dans une descente on était une longue file de voitures à rouler à 20 km/h.

A Besançon, même problème, toutes les routes étaient blanches... Ainsi, les bus ne circulaient pas, ce qui est très rare. Partout ça roulait au pas, beaucoup de Bisontins n'ont pas de pneus neige, ils estiment ne pas en avoir besoin... A tort ou à raison, c'est chacun son opinion. La mienne est que dans une région couverte régulièrement par la neige, ce n'est pas du luxe d'avoir des pneus neige, même en ville... Preuve en est, c'est qu'il y a eu un nombre important d'accidents ce matin là en pleine ville... Bon passons ! 
Pour atteindre mon travail, j'ai une grosse montée à passer, c'est la première fois que ça m'a posé problème : les roues patinaient, la voiture zig-zagait et un moment j'ai commencé à avoir très peur car elle ne montait plus et les roues patinaient de plus en plus. Il y avait un fourgon derrière moi qui me collait et j'avais peur que ma voiture glisse en arrière... J'ai eu l'idée de mordre le côté droit de la route où la neige n'était pas tassée, ça a aidé la voiture à accrocher et petit à petit j'ai monté la côte comme ça... Pfff !

Je suis arrivée au travail à 9h25 (au lieu de 8h40), je tremblais de partout...
Il y a eu beaucoup d'absents ce matin-là, ayant préféré attendre que les routes soient meilleures. J'aurais du en faire autant ou ne pas venir du tout ! Cela m'aurait évité ce stress inutile et surtout aucune reconnaissance (ou si peu) d'être venue travailler malgré les 20 km que j'ai à faire dasn des conditions difficiles... 

C'est la 2e fois en 4 ans que j'ai eu peur sur ces routes enneigées, la 2e fois que la neige a pris de court les services chargés du déneigement, car si la neige avait été annoncée, elle ne devait pas être aussi importante, nous même la veille au soir nous pensions avoir tout au plus 2 cm au réveil...
Besançon a été paralysée par la neige et sur l'autoroute A36 des voitures et camions sont restés coincés pendant 4 h.  Mais évidement, ça n'a intéressé aucun média, ce n'est pas Paris !

Sur la route, moins d' un kilomètre de chez moi


Un petit kilomètre plus loin. Evidement le chasse-neige est passé, mais ça glisse, ça glisse...


A 4 kilomètres de chez moi, c'est pire encore, route blanche et on se demande
 quand le chasse-neige est passé.
D'habitude ici quand il neige, c'est dégagé...
Là j'ai commencé à me poser des questions : je fais demi-tour et je rentre chez moi ou pas ?


Là vous voyez l'heure et la température extérieure... Sympa, non ? Je me demande quelle température il a pu faire cette nuit là !


La météo prévoit de bonnes quantités de neige dans la nuit de jeudi à vendredi. Pas sûre que j'aille travailler vendredi... Courageuse mais pas téméraire !